Les pieds dans le caviar : un plat typiquement parisien !

Loin des toasts, loin de la vodka et du champagne, c’est un produit de luxe.

Sur le chemin des salons les plus privés de la capitale, mais aussi en bordure des quartiers les plus défavorisés. Les plus grands chefs d’entreprise, les plus grandes fortunes de France y ont un accès privilégié. Les revenus modestes aussi, les chômeurs, et même les touristes !

La Mairie de Paris, dans sa plus grande bonté, permet au plus grand nombre d’approcher les vrais privilèges : quelques grammes au prix de plusieurs SMIC. On ne parle plus de ce pauvre caviar, et évidemment pas de drogue non plus.

Nous avons tous les moyens d’atteindre cette richesse avec : nos pieds.

Le gauche porte bonheur paraît-il, j’ignore le résultat pour le droit.

En général je ramasse le petit caca de mon chien, dans un joli sac plastique Monoprix (je suis sponsorisé, je le brandis devant les caméras), mais un matin, tôt, je n’en avais plus… Non non, je n’ai pas été flashé, juste sermoné et verbalisé par un GCC (Gentil Compteur de Crotte) (si si, c’est un métier, ça permet de lutter contre le chômage et remplir le Tribunal de Police d’affaires palpitantes).

180 euros la crotte de 50 grammes en moyenne, nous en somme à 3 600 euros le kilo, soit plus de 23 000 francs le kilo pour les nostalgiques.

« Heureux possesseurs de chiens », pour reprendre l’expression d’EDF en fin de courrier annonciateur de la visite de relevé des compteurs, sachez que vous êtes des milliardaires en puissance, arrêtez de travailler, votre animal domestique vient de se transformer en poule aux œufs d’or.