“Des femmes qui tombent” de Pierre Desproges (éd. du Seuil)

Ou comment ricaner sur la plage tout en restant beau.......

Il y a 3 types de rires: les enfants rient, les poules gloussent et les desprogiens ricanent.....
Vous reconnaîtrez facilement ces derniers sur une plage car, en général, ce sont les seuls qui refusent de montrer autre chose de leur corps que les poignets et les chevilles, les seuls aussi qui ne sourient pas béatement au soleil qui brûle et au sable dans le maillot de bain, les seuls encore qui pinaillent sur le mètre carré qui leur est généreusement alloué sur la plage de galets de Agglutinezvous-les-flots bleus dans la première quinzaine d’Aout.....
Enfin, ce sont presque les seuls qui ont compris qu’un livre a l’avantage de rendre plus beau dedans mais de protéger aussi du soleil dehors......

L’ironie mordante des desprogiens est nourrie au sein généreux des Oeuvres complètes du Maître en 30 volumes et 12 DVD et en particulier d’un petit livre, seul roman du Génie, qui ne quitte jamais leur main moite et leur regard de travers......

Il s’agit de “Des femmes qui tombent”....
Le livre raconte, dans un style forcément inimitable, la misérable vie d’un médecin de campagne alcoolique, Jacques Rouchon, affublé d’une épouse qui fut une femme épanouie dans une autre vie et d’un enfant tellement attardé “qu’on aurait plus de succès en apprenant à marcher et à parler à la poussette”.
Ce médecin, qui ne soigne plus grand monde, vu son perpétuel état d’ébriété haineuse, se retrouve devant une très curieuse épidémie de morts violentes et variées, ayant comme particularité de ne toucher que les femmes de son village....
Malgré un dégout profond de l’Humanité et une incapacité majeure à arrêter de téter du Picon-Bière plus de 5 minutes, il se lance dans une éprouvante enquête, en compagnie d’un journaliste qui lui ressemble comme 2 gouttes de Cognac....
Et ce qu’ils découvrent va leur donner soif, très très soif, car l’eau y est un élément aussi surprenant que primordial......!

Vous avez compris, je n’aime pas Desproges.... Je n’aime pas du tout ce presque humain qui a dit, entre autres : “Si ce sont les meilleurs qui partent en premier, que penser alors des éjaculateurs précoces....?”

Jetez vous sur le livre et , mieux encore, jetez-vous sur tout ce qu’il a écrit (un avantage, c’est généralement assez court). C’est quasiment le seul remède qui titille aussi bien le neurone à Connerie.... Et ça fait un bien fou.....

Retrouvez Francis Beddok sur son blog Paris-Emoi